dimanche 27 avril 2014

Mise en cène de Wayne Williams et Darren Allan - Editions FLEUVE NOIR


Editions Fleuve Noir (avril 2014)
361 pages
18€90
 
Présentation de l'éditeur:
Deux jours après la crucifixion de Jésus, Judas l’Iscariote est rongé par la culpabilité. Et ses ennuis ne font que commencer ! Quelques jours après que le corps de son ami Gédéon a été retrouvé pendu par les pieds à un arbre, l’œil arraché, Judas découvre chez lui un étrange paquet, contenant un œil et une dent, accompagné d’un message explicite : « Je sais ce que tu as fait ». Qui a donc décidé de lui faire payer sa trahison ? Serait-ce Thomas, l’apôtre dont Jésus était si proche ? Ou Jonathan, son ami messager, le mieux placé pour lui avoir délivré ce courrier accusateur ? Ou bien même Jésus, que certains disent avoir vu ressuscité ?
À Jérusalem, tout est possible. Des bas-fonds de la ville où viennent s’encanailler les plus hauts fonctionnaires romains au majestueux Temple de Jérusalem, tout le monde a quelque chose à cacher. Et tandis que les meurtres se multiplient, Judas est pris d’une terrible pensée : la douce Marthe, sa bien aimée, risque bien d’être la prochaine sur la liste ! Pour se laver de son péché et ainsi arrêter la terrible malédiction, le félon ne voit qu’une solution : rendre la bourse de trente deniers à son propriétaire, le terrible Caïphe. Quitte à prendre tous les risques. Mais n’est-il pas trop tard pour arrêter la vengeance biblique ?

En résumé - Alors qu'ils prennent le repas ensemble comme à leur habitude, Jésus annonce à ses apôtres que d'ici demain l'un deux va le trahir et que le traître endurera les pires douleurs après son acte. Aucun n'arrive à imaginer que cela soit possible, sauf Judas, qui sait que le traître, c'est lui. Pourtant il ne peut revenir en arrière, il doit livrer Jésus à Caïphe afin de toucher la prime qui lui permettra de sauver son oncle d'une mort certaine. Mais en faisant cela, il était loin de s'imaginer les conséquences de cet acte. Jésus meurt sur la croix et des personnes sont violemment assassinées dans l'entourage de Judas. Mais tout cela n'a rien d'une coïncidence, quelqu'un en veut à Judas et a décidé de décimer tous ses proches. Commence alors pour lui une enquête pour comprendre ce qui se passe et qui lui en veut autant. Ce qu'il trouvera est pire que tout ce qu'il avait pu imaginer.... 
Pourquoi ce livre? - J'aime beaucoup les romans historiques, alors quand j'ai lu le résumé de celui-ci mettant en scène la légendaire trahison de Judas sous forme de thriller, je me suis laissée tenter. Je ressors de ma lecture avec un avis mitigé, et je vais tenter de vous expliquer pourquoi.
Un style particulier - Le roman a été écrit à "quatre mains". Je ne sais pas comment l'écriture a été répartie mais en tout cas, on ne ressent pas de changement de style d'un chapitre à l'autre et l'ensemble est assez fluide. J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de chapitres, dont certains très courts (moins d'une page). J'imagine que l'idée est de donner du rythme au roman, ce qui fonctionne parfaitement lorsque les chapitres qui se suivent concernent des personnages différents. Mais lorsqu'il est juste question de continuer la phrase précédente, cela m'a dérangée.
La deuxième chose qui m'a gênée, c'est le style choisi par les auteurs pour leur histoire. On est clairement dans un thriller, et personnellement j'aime que l'ensemble du roman nous plonge dans une ambiance correspondante, assez noire, dans une attente un peu angoissante etc... seulement ici j'ai trouvé le style un peu léger, parfois même à la limite de la comédie, surtout lorsque Judas est avec ses amis, et je n'y ai pas trouvé mon compte.
Pour le côté historique, les auteurs nous emmènent  à la veille de la mort de Jésus, et on va découvrir  la trahison de Judas sous un autre jour. Je ne connais pas les faits tels qu'ils ont été écrits dans la Bible, mais j'ai l'impression que les auteurs ont essayé d'être au plus près de la réalité des faits généraux, ainsi que de la personnalité des personnages et j'ai vraiment apprécié d'avoir ce zoom sur cette partie de l'Histoire.
Un thriller bien mené - Parlons maintenant de ce que j'ai le plus apprécié dans ce roman: il s'agit clairement de la qualité de l'intrigue et du suspense de cette histoire. On découvre certains meurtres avant même de savoir qu'ils sont liés à la trahison de Judas, les scènes sont bien écrites et font froid dans le dos. En effet le meurtrier ne fait pas " que" tuer les proches de Judas, il les torture, ne manque pas d'idées de mise en scène de ses actes  et on a du mal à savoir qui peut en vouloir autant à Judas pour en arriver là. Plusieurs personnes vont être suspectées mais aucune ne semble vraiment capable de perpétrer ces crimes et j'avoue ne pas avoir eu d'idée du meurtrier avant la grande révélation, qui a bien sûr lieu dans les dernières pages du livre!
Un personnage trop naïf- Si je dois définir Judas, je dirais que je l'ai trouvé particulièrement naïf. Je n'ai pas réussi à m'attacher à lui ou à ressentir de l'empathie face à la situation dans laquelle il se retrouve car il est finalement assez exaspérant. Si on peut comprendre ce qui l'a poussé à trahir Jésus (avoir de l'argent pour aider son oncle, le frère de son père, qui risque d'être tué s'il ne rembourse pas sa dette), il ne peut pas innocemment dire qu'il imaginait que les choses se passeraient différemment pour Jésus. Par la suite, il va tenter de racheter sa dette, en faisant du chantage au responsable du Sanhédrin, et là encore, il agit bêtement, croyant que tout le monde tient ses engagements et que tout va bien se finir. La plupart des situations sont comme celles-ci et on finit vraiment par se demander s'il lui arrive de réfléchir sérieusement... Je m'imaginais ressentir de l'empathie pour lui ou bien même le détester, mais je suis surprise de voir qu'il m'a surtout exaspérée.
En bref- Un thriller qui tient sa promesse en terme de suspense, mais qui n'a pas su complètement m'emporter par son manque de cohérence entre le style du roman et celui de l'écriture.

  
Désolé, répondit-il avant de se lever de table. Je suis peut-être l'imbécile qui a livré le Fils de Dieu aux Romains contre une poignée de pièces d'argent en vue d'effacer une dette qui n'existait même plus. Je suis peut-être l’imbécile qui fait payer à ses amis le prix fort de ses pêchés, l'imbécile condamné ) subir la pire mort de toute, mais on ne me dépouillera pas aussi facilement de mon magot, espèce de sorcière.

En regardant sur internet, j'ai trouvé la couverture VO, je l'ai trouvé plutôt sympa, et au final assez proche de mon ressenti sur ce livre un peu décalé:

Rendez-vous sur Hellocoton !