samedi 19 décembre 2015

Le cri de la Terre, T3 de Sarah Lark - Editions L'ARCHIPEL

Editions L'Archipel (septembre 2015)
650 pages
23€95

Présentation de l'éditeur:

Gloria, l’arrière-petite-fille de Gwyneira McKenzie (la jeune Anglaise qui débarquait sur les côtes de la Nouvelle-Zélande dans Le Pays du Nuage blanc), a joui d’une enfance et d’une adolescence idylliques à Kiward Station, la ferme familiale.
Mais tout s’effondre quand ses parents – pourtant absents car pris par la carrière de cantatrice de sa mère – lui font savoir qu’il est temps pour elle de devenir une véritable lady.

Gloria doit alors tout quitter et faire ses adieux à ceux qui l’entourent, en particulier son cousin Jack, dont elle est très proche. Destination l’Angleterre et un austère pensionnat !

Contrainte de se plier aux règles strictes de l’établissement, incapable de s’intégrer, Gloria se retrouve plus seule et démunie que jamais.

Aussi décide-t-elle de rentrer coûte que coûte dans son pays, celui du nuage blanc, et, qui sait, d’y retrouver Jack…




Il s'agit du troisième tome d'une grande saga familiale. L'histoire principale de ce tome peut se suivre sans avoir forcément lu les premiers, mais vous rateriez tout le fond de l'histoire, ce que je ne vous recommande pas étant donné la qualité de cette saga. Retrouvez d'ailleurs mon avis sur le premier tome " le pays du nuage blanc".

En résumé

La petite fille de Gwyneira, Gloria est aussi proche de Kiward Station que l'est sa grand-mère et totalement à l'inverse de sa mère Kura, qui parcourt le monde avec ses spectacles de chants. Alors que Gloria s'épanouit auprès des animaux, avec son cheval et sa vie au grand air, ses parents décident de l'envoyer en Angleterre pour " faire son éducation artistique". Malheureuse dans son pensionnat, elle s'étiole petit à petit dans cette vie qui ne lui convient pas du tout. Quand le monde rentre en guerre, elle pense pouvoir rentrer chez elle, mais ses parents ne l'entendent pas de cette façon. Lassée de cette vie, elle décide de s'enfuir. Mais comment retourner en Nouvelle Zélande alors qu'elle est aux Etats Unis, seule et sans argent? Pour le savoir, il faudra le lire!

Pourquoi ce livre?

Je lis assez rarement de grandes sagas familiales, en général je me les réserve pour l'été, période qui se prête pour moi à ce type de lectures. J'ai d'ailleurs découvert le premier tome de cette saga l'été 2014, et j'avais adoré le contexte, les décors et l'histoire. Chaque tome nous fait découvrir une nouvelle génération de cette grande famille et de celles qui l'entourent et c'est toujours avec plaisir que je me suis plongée dans chaque tome. Celui-ci n'a pas fait exception, même si ce n'est pas mon préféré.


Une plume toujours aussi addictive

L'auteur a su, avec cette saga, nous plonger au cœur de l'histoire de la nouvelle Zélande, en nous faisant suivre la famille qui se crée autour de Kiward Station. On y suit des personnages originaires de la nouvelle Zélande ainsi que des anglais venus s'y installer et leurs histoires mêlées nous entraîne à travers ces 3 tomes avec toujours le même plaisir. Trois tomes, ce sont plusieurs décennies, et donc plusieurs générations de femmes (car ce sont surtout les femmes qui sont à l'honneur dans cette saga) avec chacune leur histoire de vie et de cœur, qui vont nous transporter à travers les époques.


Un contexte historique plus lourd

Les années ont passé depuis l'arrivée de Gwyneira sur l’île du nuage blanc et dans ce tome-ci, la première guerre mondiale se déclare et ne laissera pas sa famille indemne. Il y a toute une partie du roman qui se déroule sur les champs de tir, dans les tranchées et je dois dire qu'au bout d'un moment j'ai eu tendance à lire ses passages en diagonal car tout ce contexte de guerre ne m’intéressait pas plus que ça. Hormis ces passages, j'ai dévoré ce roman qui nous fait voyager de la nouvelle Zélande, vers l’Angleterre ou encore les Etats Unis, et nous permet de découvrir des personnalités très variées.

Des femmes aux fortes personnalités

Cette fois encore, on découvre des femmes avec des personnalités toutes différentes, mais qui ont pour point commun de savoir ce qu'elles veulent et vont tout faire pour atteindre leurs objectifs. On fait la connaissance de Gloria, toute jeune, passionnée par la vie à la ferme, très proche de sa grand-mère Gwyneira, qui se retrouve exilée en Angleterre pour y suivre une éducation loin de tout ce qu'elle a toujours aimée. On la voit dépérir au fil des années, jusqu'à toucher le fond...mais on dit souvent qu'il faut toucher le fond pour remonter à la surface et c'est avec l'espoir de la voir se reconstruire que l'on suit son histoire.
Si Gloria est l’héroïne de ce tome-ci, on retrouve les personnages des tomes précédents, sur plusieurs générations même, et si c'est un plaisir de les retrouver, il est parfois un peu difficile de se rappeler qui est qui et il faut faire jouer notre mémoire pour retracer les liens entre chacun.
D'autres femmes vont jouer un rôle dans cette histoire, tout particulièrement Lilian, la romantique de cette génération, qui va donner un peu de légèreté à l'histoire.
Et puis il y a Jack, qui s'est occupé de Gloria depuis ses premiers jours et va devoir la laisser partir loin de lui sans pouvoir rien y faire. Son histoire prend une place importante dans le roman, qui laisse pour une fois un peu de place à un homme!

En bref

Un dernier tome plus dur, où les protagonistes vont passer plus de temps hors de leur belle île et  vont être confrontés à ce qui se passe, loin du pays du nuage blanc...La qualité de l'histoire et de la plume est toujours au rdv et j'espère que l'auteur saura nous faire de nouveau voyager dans un prochain roman.

Il y avait toujours eu une relation particulière entre Jack et Gloria. Il avait 15 ans de plus que sa demi-petite nièce, que, durant ses premières années, il avait été le premier à consoler de l'indifférence de ses parents. S'il n'appréciait guère Kura et sa musique, il avait aimé Gloria dès son premier cri.


Rendez-vous sur Hellocoton !