samedi 19 avril 2014

L'agonie de la lumière de George R.R. Martin - Editions J'AI LU



Editions J'ai lu (février 2014)
442 pages
8€
Présentation de l'éditeur:
Lorsque, un jour, Dirk t'Larien reçoit sur la planète Braque le joyau que jadis il a offert à son amour perdu, des souvenirs douloureux reviennent à la surface. d'anciennes cicatrices se réveillent : pourquoi Gwen ferait-elle appel à lui après tout ce temps ? A l'idée qu'il existe une possibilité de repartir de zéro avec celle qu'il a tant aimée, t'Larien embarque néanmoins sans hésiter dans le premier vaisseau interstellaire en partance pour Worlorn - le monde-festival désormais à l'abandon, un cadre baroque et décadent condamné à l'extinction. Sur cette planète mourante. pour tente de raviver les sentiments qui l'unissaient à la jeune femme, il lui faudra commencer par l'arracher aux griffes des Kavalars, un peuple violent régi par un code d'honneur d'un autre âge, un code mortel.

En résumé - Alors qu'il pensait ne plus jamais avoir de ses nouvelles, Dirk t'Larien a la surprise de recevoir de son ex-amour un joyau crée pour eux il y a longtemps, qui rappelle le lien qui les a unit mais symbolise également un appel à l'aide. Malgré tout ce qui s'est passé entre eux, Dirk n'hésite pas à parcourir l'univers pour retrouver Gwen, qui vit sur une autre planète, afin de répondre à son appel mais aussi dans l'espoir de renouer avec elle. Mais lorsqu'il arrive sur Wolorn, une planète dont les jours sont comptés, il découvre que Gwen n'est pas seule et ne semble pas avoir l'intention de partir avec lui. Pourquoi a t'elle fait appel à lui? Comment va t-il réagir face à la nouvelle vie de Gwen? Pour le savoir, il faudra le lire^^.  
Pourquoi ce livre? - Je suis une fan inconditionnelle de la série " Le trône de fer", adaptée du roman éponyme de George RR Martin. J'ai tenté de lire les romans en attendant que les épisodes soient tournés mais le style du roman était excessivement compliqué à lire, avec un langage limite moyen-âgeux, qui ne m'a pas donné envie de poursuivre ma lecture. D'après tout ce que j'ai pu lire sur les blogs, sites ou autre, beaucoup de lecteurs mettent en cause la traduction française, qui a éloigné le texte de son style original, alors quand j'ai découvert qu'un autre titre de GRR Martin paraissait, je me suis dit que c'était l'occasion de retenter la rencontre avec l'auteur (en même temps je n'ai pas même pas regardé s'il s'agissait du même traducteur...). Malheureusement je crois que M. Martin possède un style trop complexe qui ne m'a pas permis d'adhérer à ce roman-ci non plus.  
Un style dense et complexe - J'ai eu énormément de mal à rentrer dans cette histoire. En effet, l'auteur nous plonge au coeur de son univers dès les premières lignes, nous racontant l'historique de la découverte de la planète Wolorn, et tout ce qui s'est passé entre cette découverte et la période de notre histoire. On est alors noyé dans les différents noms de planètes, de peuples, et de personnages (qui ne nous serviront d'ailleurs pas par la suite) et la lecture se ressent très, très longue à ce moment là. Et cette sensation va durer sur au moins une centaine de pages, autant vous dire qu'il m'a fallu beaucoup d'autopersuasion pour ne pas arrêter ma lecture à ce moment là.
 Une histoire d'amour perdu et de quête de soi - Alors que le décor est planté dès le départ, avec une foule de détails qui personnellement m'ont plus perdu que permis de m'imaginer cet environnement, les personnages restent quant à eux assez flous que ce soit au niveau de leur personnalité ou de leur passé. Seuls un ou deux passages nous permettent de connaître ce qu'ont partagé à l'époque Dirk T Larien et Gwen. Alors quand celui-ci reçoit l'appel à l'aide de Gwen,et n'hésite pas un instant à aller la retrouver, alors que celle-ci n'avait jamais répondu au sien plusieurs années auparavant, on peut se demander ce qui a motivé leur décision à l'un comme à l'autre.
A son arrivée, il découvre une Gwen totalement différente de celle qu'il avait connue, et qui plus est, liée à un homme du peuple Kavalar en tant que betheyn ( femme liée), et au teyn de celui-ci en tant que cro-betheyn ( femme liée partagée). Dirk va alors devoir apprendre le fonctionnement du peuple des Kavalar, qui vit selon un code d'honneur très précis, difficile à comprendre pour ceux qui ne sont pas de cette origine. Il va être constamment partagé entre ce que peuvent lui expliquer les Kavalars, qui vivent depuis toujours dans ses traditions, et ce que vont lui raconter Gwen et son collègue ( originaire d'un autre peuple), qui doivent subir ce fonctionnement. Seul le temps lui permettra de faire ses choix et de comprendre les leurs.
On retrouve dans cette histoire le goût de l'auteur pour créer des peuples avec leur histoire et leur fonctionnement propres, tout étant très hiérarchisé et régit par un code très précis, et il a vraiment un don pour cela. Mais en tant que lectrice non initiée, j'ai trouvé qu'il était vraiment difficile de rentrer dans son monde, d'autant plus qu'ici on est dans de la science-fiction et que ce n'est pas un genre auquel je suis habituée.
Les passages que j'ai trouvés les plus accessibles et fluides à lire sont ceux qui évoquent la relation entre Gwen et Dirk, bien que là encore, rien ne soit simple. Dirk est venu sur Wolorn avec l'espoir fou et un peu inconscient de retrouver ce qu'ils avaient partagé des années auparavant. Mais la Gwen qu'il retrouve n'a plus rien de la "Jenny" ( c'est le surnom qu'il lui donnait) qu'il aimait à l'époque et elle ne manquera pas de lui faire savoir. Si on espère à plusieurs reprises qu'ils vont pouvoir se retrouver, on sent bien que tout est différent entre eux maintenant et que cela semble difficilement envisageable.
Dirk et Gwen ont évolué, mais ils restent unis par un point commun: leur quête d'eux-mêmes. On comprend rapidement que ni l'un ni l'autre ne sait vraiment qui il est et ce qu'il veut, c'est particulièrement flagrant avec Gwen, qui semble malheureuse de sa façon actuelle de vivre mais qui , une fois qu'elle l'a perdu, la regrette. Au coeur de ce peuple si différent de ce qu'ils ont connu, Gwen et Dirk vont se découvrir eux-mêmes.
Si le roman est trop dense et complexe à mon goût, je ne peux lui retirer des passages extrêmement forts et qui poussent à la réflexion, surtout concernant le jugement que l'on fait des autres peuples parce qu'ils ne fonctionnent pas comme le nôtre, comme si seule notre façon de faire et de penser était la bonne... Il y a aussi tout un passage sur l'importance des noms et prénoms et la façon dont les autres nous appellent qui est vraiment intéressant.
En bref - Un roman dense qui nous propose un vrai univers, pensé du début à la fin, mais qui m'a perdu avec la multitude d'informations à ingurgiter au début. Si j'ai adhéré au fond de l'histoire, la forme ne m'a pas permis de m'y accrocher.


Vous voyez? Je comprends votre peuple, je ne le comprends que trop. Je vous ai accordé le bénéfice de vos propres habitudes. Si je vous appelle T'Larien, c'est parce que j'éprouve de l'hostilité à votre égard- ce qui me parait pour le moins naturel. Vous vous adressez à moi en me nommant Janacek, sans y réfléchir ou hésiter un seul instant. Vous m'imposez délibérément votre propre système."
Rendez-vous sur Hellocoton !