jeudi 17 juillet 2014

Le protectorat de l'ombrelle, T2: Sans forme de Gail Carriger - Editions LE LIVRE DE POCHE


Editions Le livre de Poche ( avril 2013)
456 pages
    7€10
Présentation de l'éditeur:  
Miss Alexia Tarabotti est devenue Lady Alexia Woolsey.
Un jour qu’elle se réveille de sa sieste, s’attendant à trouver son époux gentiment endormi à ses côtés comme tout loup-garou qui se respecte, elle le découvre hurlant à s’en faire exploser les poumons. Puis il disparaît sans explication… laissant Alexia seule, aux prises avec un régiment de soldats non-humains, une pléthore de fantômes exorcisés, et une reine Victoria qui n’est point amusée du tout.
Mais Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Écosse, le repère des gilets les plus laids du monde, elle est prête !
Attention, il s'agit d'un tome 2, ma chronique est donc susceptible de contenir des spoilers.
Pourquoi ce livre? - J'avais passé un excellent moment avec le tome 1 de cette saga : l'époque, le personnage principal, l'histoire, tout m'avait plu. J'ai rapidement acheté le tome 2 à sa sortie poche mais depuis il patientait dans ma PAL. Et puis il y a quelques semaines, en faisant mon petit tour des blogs, j'ai lu une chronique sur cette saga qui m'a donné envie de m'y replonger. Ce que j'ai fait...  
Un style toujours aussi savoureux - J'ai donc replongé dans l'univers d'Alexia Tarabotti avec plaisir. J'ai retrouvé dès les premières lignes le style qui m'avait conquise lors de ma découverte de cette saga. On est dans un roman steampunk qui mélange l'époque victorienne avec des inventions plus futuristes. Je ne suis pas une grande connaisseuse de ce genre littéraire mais jusqu'ici je dois dire que j'apprécie assez ce mélange, qui permet de créer des vraies intrigues avec de l'action dans une atmosphère très guindée et pleine de retenue, deux termes qui sont loin de pouvoir être associés à notre chère Alexia. Il faut dire que j'adore ce personnage, elle possède une répartie à toute épreuve qui m'a fait sourire à de nombreuses reprises. Elle est tellement décalée avec son époque, avec son mari, avec son ami Ivy! De quoi provoquer de nombreuses situations cocasses.
Une suite dans laquelle on ne s'ennuie pas - Pour ceux qui me suivent, vous avez peut-être vu que j'ai mis près de 2 semaines à lire ce tome. Pourtant je ne me suis pas ennuyée du tout, et je n'ai pas trouvé de longueurs ou autre, mais je crois que le style de cette saga est tellement " compact", qu'il me faut toujours du temps pour la lire et pour profiter de tous les échanges entre les différents personnages. Parce qu'en effet, si je dois choisir ce que je préfère dans ce roman, ce sont bien évidemment les joutes verbales d'Alexia et Maccon, Alexia et sa soeur, Alexia et Lady Kingair, Alexia et.... oui je suis fan de cette héroïne mais surtout de son caractère. Elle n'a pas sa langue dans sa poche et j'adore sa façon de dire des choses désagréables avec l'embelissement dû au langage de cette époque, comme on dit " on peut tout dire, tout dépend de la façon de le dire" et pour le coup c'est une professionnelle!
J'aurais aimé que la relation entre Alexia et Maccon soit un peu plus présente, qu'on puisse les suivre en tant que couple, mais cela arrive assez tard dans le roman. En même temps, on ne va pas changer un célibataire de plus de 200 ans en quelques mois, et Alexia est également habituée à faire sa vie sans rendre de compte alors finalement ils se retrouvent dans cette façon de fonctionner.
Quant à l'intrigue, elle est peu secondaire pour moi, parce qu'au  final, rien que de suivre les aventures d'Alexia me suffit, et je dois dire que j'étais plus intéressée par l'intrigue secondaire, qui ne se dévoile que dans les dernières pages et qui m'a laissé un gros regret au moment de tourner la dernière page... Il ne me reste plus qu'à me procurer le tome 3 maintenant!
En bref - Encore un très bon moment passé en compagnie de la "briseuse de malédiction", avec un final qui ne laissera personne indifférent! Vite la suite!!!!!!  


C'est pas à la hauteur d'ce à quoi z'êtes habituée chez les gens d'la haute, à Londres, jeune mademoiselle?
- Oh oh dit Ivy
- ça n'est pas à la hauteur des critères de base en matière de tenue d'une maison, rétorqua Alexia [...]
- J'vous empêche pas de ressortir sous la pluie."  
Lady Maccon pencha la tête sur le côté.
" oui, mais m'empêcheriez-vous de faire la poussière?Ou êtes-vous si attachée que ça à la saleté?

Rendez-vous sur Hellocoton !