vendredi 10 avril 2015

Les brumes du Caire de Rosie Thomas - Editions CHARLESTON

Editions Charleston (octobre 2014)
464 pages
22€50
Présentation de l'éditeur:

Ruby, une adolescente en pleine rébellion, vient chercher refuge au Caire dans la vieille maison d'Iris Black, sa grand-mère de 82 ans qu'elle connaît à peine. Alors que tout les oppose, un lien étonnant s'établit lentement entre elles tandis que Ruby aide Iris à se remémorer ses souvenirs du Caire scintillant et cosmopolite de la Seconde Guerre mondiale. Elles retracent ainsi peu à peu l'histoire du grand amour d'Iris l'énigmatique capitaine Alexander Molyneux que les ravages du conflit lui ont arraché. 
Déterminant dans la vie d'Iris, dans celle de sa fille et de sa petite-fille, cet amour perdu les affectera à nouveau, toutes les trois, d'une façon qu elles n'auraient jamais imaginée.

En résumé - Ruby, une adolescente tourmentée, quitte sa famille pour retrouver sa grand-mère Iris au Caire. Elle qui n'a jamais mis un pied en Egypte et ne connait presque pas Iris, va être confrontée à un autre monde. Iris a tendance à perdre la mémoire et il peut être difficile d'avoir une conversation suivie, pourtant Ruby et elles vont cohabiter et créer des liens inattendus, qui vont se révéler salvateurs pour chacune. Qu'est-ce qui peut rapprocher une femme de 82 ans et une adolescente? Pour le savoir, il faudra le lire!
Pourquoi ce livre? - Cela faisait un moment que les parutions des éditions Charleston me faisaient de l'oeil, que ce soit pour leurs belles couvertures ou leurs grandes sagas familiales. Je me suis donc laissée tenter par les Brumes du Caire, prête à partir au pays des Pyramides et à découvrir son histoire à travers celle d'Iris.
Une plume qui a le sens du détail - J'ai apprécié la plume de l'auteur qui est extrêmement précise. Chaque détail, chaque odeur, couleur, ressenti est décrit, ce qui nous offre des tableaux complets des paysages et des situations. Grâce à cela, on est rapidement transporté en Egypte et on a l'impression de découvrir le Caire en même temps que Ruby, avec les mêmes sensations qu'elle. L'auteur possède un style de qualité, qui rend la lecture agréable et finalement, bien que très détaillée, celle-ci n'est pas trop alourdie par cette quantité d'informations.
On alterne les passages qui se déroulent de nos jours avec ceux qui sont des souvenirs d'Iris et, à travers son passé, j'ai pu découvrir des pans de l'Histoire qui m'étaient inconnus, car si on apprend à l'école les grandes lignes des guerres passées, il est rare de connaitre le rôle de tous les pays qui ont œuvré et souffert de ces guerres. J'ai trouvé cela très intéressant.
Une rencontre entre 2 générations - Si je m'attendais à une place plus importante de l'histoire d'amour dans ce roman, j'ai finalement découvert que c'est davantage un roman sur une rencontre entre 2 générations, 3 si on compte la mère de Ruby, mais pour moi son rôle a été trop secondaire et ne lui a pas permis de prendre une réelle place dans cette histoire. Il y a tout de même une histoire d'amour, 2 mêmes puisqu'on apprend à connaitre le grand amour d'Iris, et Ruby de son côté va faire la rencontre d'un jeune égyptien qui ne la laissera pas insensible. Malgré cela j'ai éprouvé un manque dans ce roman et je n'ai pas été particulièrement touchée par les personnages. Iris est une vieille femme qui a passé sa vie à regretter son premier amour perdu, qui n'a pas su donner son amour à sa fille, et qui trouve du réconfort auprès de sa petite fille, qui est comme connectée avec sa grand -mère. Ruby est une adolescente perdue, qui a souffert et grandi trop vite. Une fois en Egypte, elle se responsabilise sans trop qu'on sache comment, et s'attache à sa grand-mère, qui n'attend rien d'elle. Et c'est probablement cela qui la libère de tout le poids qu'elle portait jusqu'ici. La relation qu'elle crée avec Iris est touchante, mais on regrette que sa mère ne puisse pas vraiment y participer.
En bref - Un roman qui propose une belle écriture, un voyage au cœur du Caire et une belle rencontre entre une grand-mère et sa petite-fille mais qui ne m'a pas emportée plus que cela malgré toutes ses qualités.

Au départ, ces virages soudains qu'elle prenait dans la conversation m'irritaient, parce que je pensais qu'elle manquait de discipline mentale, mais maintenant j'accepte le fait qu'elle ait l'esprit plus vif que moi. Il y a tant de choses qu'elle souhaite absorber et utiliser; le simple fait de la regarder et de l'écouter me dynamise.
Rendez-vous sur Hellocoton !