vendredi 26 décembre 2014

Never Sky, T1 de Veronica Rossi - Editions NATHAN

Edition Nathan (septembre 2012) 
 384 pages
16€50
 
Présentation de l'éditeur:
Aria, 17 ans, a grandi dans une immense Capsule. Comme tous les Sédentaires, elle passe ses journées dans des mondes virtuels, à l'abri du danger. Mais un jour, accusée d'un crime qu'elle n'a pas commis, Aria est bannie, abandonnée en pleine nature ravagée par les tempêtes d'Éther.Sa seul chance de survie apparaît alors sous les traits de Perry, un chasseur aux cheveux hirsutes et à la peau tatouée. Malgré la terreur qu'il lui inspire, Aria n'a d'autre choix que de lui proposer un marché... qui va bouleverser leur vie à jamais.
En résumé - Dans le monde d'Aria, les gens vivent sous des Capsules, qui les protègent des tempêtes d'Ether qui sévissent à l'extérieur et détruisent tout sur leur passage, provoquant la maladie et la mort. Malgré cela, il arrive que certaines capsules soient touchées et restent injoignables. C'est le cas d'Euphorie, l'endroit où travaille la mère d'Aria. Pour tenter d'avoir de ces nouvelles, elle suit un groupe d'ami dans une capsule "désaffectée". Mais l'expérience se termine très mal et Aria se retrouve expulsée des capsules. Elle va devoir apprendre à vivre dans le monde extérieur, hostile et inconnu. Elle est va alors rencontrer Perry et va devoir lier son destin au sien pour retrouver sa mère. Mais ils ont toujours appris à détester leurs peuples respectifs et la cohabitation va se révéler très difficile. Aria va t'elle pouvoir survivre dans ce monde? Pourra t'elle retrouver sa mère? Pour le savoir, il faudra le lire^^
Une nouvelle dystopie - Never Sky est LA dystopie de la rentrée dixit tout le monde, alors j'appréhendais un peu ma lecture, car il m'est souvent arrivé de ne pas être du même avis que la majorité des lecteurs.
La couverture ne m'a pas spécialement attirée, mais je dois dire que je ne l'ai pas eu dans les mains ayant une version non corrigée, et je pense que le rendu papier sera plus parlant connaissant les belles couvertures que nous propose Nathan la plupart du temps. Néanmoins, après lecture du roman, j'ai mieux compris le choix de l'illustration, et au final, je la trouve bien adaptée au contenu du livre.
La plume de l'auteur est agréable et on avance sans difficulté dans le roman. On alterne les chapitres du point de vue d'Aria avec ceux du point de vue de Peregrine, dit Perry. J'aime beaucoup cette alternance qui permet de mieux connaître les personnages et leur façon de voir les choses.
Un début difficile  - Le début de l'histoire n'est pas forcément simple à suivre. On pénètre dans un monde qui fonctionne avec une technologie qui lui est propre, et on est vite assailli par de nombreux termes inconnus. On est ensuite plongé dans une scène que j'ai trouvé assez " brutale", qui va être le déclencheur de l'exil d'Aria et de la suite...J'ai du m'accrocher pour continuer ma lecture à ce moment précis, mais j'ai bien fait! 
Après ce petit temps d'adaptation, une fois le décor planté, on commence à visualiser ce monde post-apocalyptique (comme toujours dans les dystopies- que j'ai lues- on ne connait pas les raisons de ce changement de mode de vie). A ce moment là, Aria se retrouve dans le monde hors des capsules, ce qu'ils appellent " les Usines de la Mort", et une fois encore il faut s'adapter à ce nouvel univers et à son fonctionnement, qui est beaucoup plus tribal, plus "sauvage" que dans les Capsules.
Un périple passionnant - Commence alors un long voyage à travers des terres hostiles pour Aria et Perry, et en plus des difficultés liées à la survie, ils doivent se supporter l'un l'autre, plein de leur préjugés sur leurs peuples respectifs. J'ai beaucoup apprécié cette partie du roman qui nous permet d'en apprendre plus sur nos deux personnages principaux. Leur relation est très compliquée dans les débuts, entre incompréhension, peur et haine. Son évolution va être progressive et addictive pour le lecteur: on a forcément envie de savoir quand et comment ils vont se rapprocher!
Des personnages de caractère - J'ai particulièrement apprécié Aria et Perry. Ils sont si différents dans leur culture, mais tellement semblables dans leur fonctionnement. Aria est une jeune fille qui n'a toujours connu que la vie aseptisée des capsules, elle se pensait incapable de survivre hors de ce monde mais va puiser sa force dans son amour pour sa mère et complètement se dépasser. De la même façon, Perry puise dans son amour pour son neveu pour supporter la compagnie d'Aria et continuer à avancer avec elle. Les autres personnages restent en second plan, sauf peut-être Roar, qui devient ami avec Aria et l'aide à évoluer.
En bref - Une dystopie bien menée, qui a su m'accrocher malgré un début laborieux. La dernière phrase du roman ne peut que me donner envie de lire la suite!

Et l'éther? Il ne s'en va jamais?
-Non, la Taupe, L'Ether ne s'en va jamais. Elle leva la tête.
-Un monde où rien ne change jamais sous un ciel immuable.
Elle s'y adaptait à merveille, songea-t-il. Une fille qui ne la bouclait jamais.
Rendez-vous sur Hellocoton !